Economie et FinanceSanté

BANQUE MONDIALE: UN PRÊT DE 48 MILLIONS DE DOLLARS POUR LE MAROC

Dans le but d’aider le Maroc à gérer les effets de la pandémie de COVID-19 au sortir des mesures strictes de confinement, la Banque mondiale a approuvé mardi 16 juin, un prêt de 48 millions de dollars au pays. Indique un communiqué de l’institution.

Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb souligne «Le gouvernement a déjà pris des mesures significatives pour contrer l’épidémie et atténuer son impact sur les secteurs et les ménages vulnérables», il ajoute également «Le pays entre à présent dans une phase délicate qui exigera la poursuite d’efforts importants en vue de contenir l’épidémie et de mobiliser des ressources pour financer la réponse sanitaire. Ce financement est destiné à apporter des ressources supplémentaires qui permettront au Maroc d’améliorer ses capacités de test et de mettre en place des solutions de prévention contre la propagation du virus».

Ce prêt s’inscrit dans le cadre d’un financement approuvé en 2015 sous la forme d’un programme axé sur les résultats (PforR). Il a pour objectif d’apporter des ressources supplémentaires qui permettront au Maroc d’améliorer ses capacités de test et de mettre en place des solutions de prévention contre la propagation du virus.

Selon Fatima El Kadiri, spécialiste de la santé et co-responsable du projet, le montant accordé aujourd’hui, permettra l’appui contribuer au financement d’environ un quart du programme gouvernemental destiné à gérer les effets de la pandémie. Ils vont pouvoir renforcer également les systèmes de surveillance épidémiologique.

Ce programme a pour objectif aussi de coupler la détection des nouveaux cas à un suivi actif des contacts, ce qui constitue des mesures prioritaires dans le contexte de l’après-confinement.

En outre, le prêt de la Banque mondiale apportera des ressources supplémentaires en faveur de l’équipement et de la formation des agents de santé. « Les personnels de santé ont été en première ligne de la lutte contre la crise du coronavirus. Il est capital de limiter au maximum les risques auxquels ils sont exposés et de les équiper pour cela en matériel d’hygiène et de protection ; l’appui de la Banque mondiale y contribuera », ajoute Aissatou Diack, spécialiste senior de la santé et coresponsable du projet.

Ibtihal Bassir (js)/Le7tv.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer