MAROC-USA: L’ARME ABSOLUE DE RABAT: « LE LOBBYING » !

Pour s’adapter à la diplomatie américaine changeante, le Maroc a toujours édifié ses réseaux de « lobbying » dans la capitale fédérale Whashington, avec un double objectif : Plaider sa cause dans le dossier du Sahara et Promouvoir son rôle régional !…

En effet, dans la première puissance du monde, le lobbying s’avère un business lucratif, que ce soit pour le compte de grandes firmes ou pour celui de gouvernements étrangers,… Et le Maroc est très actif dans le domaine. C’est même l’un des gros clients des cabinets de conseil de K-Street, l’avenue où la plupart de ces firmes de lobbying ont élu domicile !…

L’objectif principal du lobbying marocain étant de défendre sa souveraineté territoriale sur le Sahara auprès des membres du Congrès et de l’Administration américaine !…

Avec l’éclatement du conflit du Sahara, le recours aux lobbyistes de Washington s’est intensifié…Pour quelque 300 000 dollars par an, le cabinet DGA International Inc. s’engageait, à cette époque, à « assister le Maroc afin d’obtenir l’approbation de la part du gouvernement des États-Unis des demandes marocaines d’acheter des armements dans le but de défendre les intérêts territoriaux du Maroc et ses frontières, et de protéger son territoire contre des forces extérieures » !…

En 2001, Edward Gabriel quitte son poste d’ambassadeur américain à Rabat. Dans ses valises, non seulement un Wissam alaouite décerné par le roi Mohammed VI, mais aussi la promesse d’un contrat de représentation du royaume dans la capitale américaine. L’ambassadeur officiel des États-Unis à Rabat devient un représentant officieux du Maroc à Washington !…

Quelques mois après son retour à Washington, l’ambassadeur crée « The Gabriel Company », qui décroche, comme convenu, un premier contrat de représentation avec le Maroc. Un an plus tard, Edward Gabriel est à l’origine de la creation du « moroccan americain Center for Policy » (MAPC), structure qui devient très vite la tête de pont de la diplomatie parallèle de Rabat à Washington !…

Depuis son enregistrement officiel, en 2004, au département de la Justice comme agent travaillant pour le Maroc, le MAPC a tourné avec un budget annuel dépassant parfois les 2 millions de dollars, dont une bonne partie est comptabilisée comme honoraires de consultants…

Parmi les plus célèbres agents du MAPC, on retrouve Toby Moffett. Cet ancien congressman a joué un rôle important dans la présentation du Plan d’autonomie marocain pour le Sahara en 2007 aux membres du Congrès, ou encore dans la visite du roi Mohammed VI aux États-Unis en 2013 !…

Ainsi, le lobbying de Rabat à Whashington, a joué un rôle crucial dans l’adoption d’un amendement important pour le budget américain de 2014, autorisant les aides américaines à être dépensées dans les provinces du Sud. Une reconnaissance, de facto, de la souveraineté du royaume sur ce territoire !…

Avec l’accès de Nasser Bourita à la tête des affaires étrangères, c’est bien le nouveau ministre en personne qui signe désormais les accords avec les differents lobbyistes dans les méandres de l’administration Trump !…

Ces activités de lobbying sont facturées depuis janvier 2018 près de 75 000 dollars par mois. Une somme qui reste raisonnable, voir dérisoire, en contre partie des fruits diplomatiques que recolte le Maroc à Washington !…

Abderrazzak Boussaid / Le7tv

 

 

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.