CRÉDIT BANCAIRE: « DAMANE OXYGÈNE » SERA-T-IL VRAIMENT REVU ET ASSOUPLI ?!

Le Comité de Veille Économique (CVE), qui a tenu vendredi dernier, en mode visioconférence, sa septième réunion de travail, a décidé d’un ensemble de mesures qui concernent aussi bien les particuliers que les entreprises. Dans ce sens, le CVE a confirmé que le dispositif Damane Oxygène sera « revu et assoupli » !…

Ainsi, et en vue de préparer les conditions d’une reprise accélérée des activités des entreprises, le CVE a pris la décision de mettre en place un nouveau dispositif « plus massif et plus souple » dans sa mise en œuvre, et couvrant l’ensemble des segments des entreprises composant le tissu national !…

Dans ce sens , explique le CVE, Damane Oxygène sera revu et assoupli, avec une amélioration des conditions d’accès au financement pour le redémarrage, en faveur des Très Petites Entreprises (TPE), des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). Il sera prorogé jusqu’au 31 décembre 2020 et aucune sûreté ne sera désormais exigée !…

Il faut dire que selon Monsieur Abdellah El Fergui, le président de la Confédération marocaine de TPE-PME, les banques n’ont pas du tout joué le jeu du crédit souple et le dispositif Damane Oxygène était déjà dans sa forme initiale insuffisant !…

En effet, la Confédération marocaine de TPE-PME affirme que le crédit Damane Oxygène finance le besoin en fonds de roulement (BFR) des entreprises. Or, pour une TPE, ce besoin dépasse rarement les 10.000 dirhams mensuels. Les banques privilégient le traitement des grands comptes avec des dossiers de 10 ou 20 millions de dirhams. Le retour ne s’est pas manifesté sur le terrain !…

Ainsi, lors de la dernière réunion de crise, la Confédération marocaine de TPE-PME a constaté, qu’aucun dossier, d’aucun membre de la confédération n’a été accepté par les banques, de plus précise Abdellah El Fergui, les banques rendent la démarche de plus en plus compliquée pour les TPE : si une entreprise a déjà eu un impayé, le crédit est refusé. Les banques demandent en plus les états financiers des trois dernières années et que les bilans soient équilibrés !…

De leur côté, les banques assurent que Les attributions de crédits «Damane Oxygène» sont en cours. Les derniers chiffres révèlent que 9000 demandes pour un montant global de 3,7 milliards de DH ont été adressées aux banques, la plus grande partie des demandes porte sur des montants de moins de 2 millions de dirhams (97%). Les banques affirment que le taux de rejet des dossiers est de seulement 1,4% !…

Cependant, certaines incompréhensions persistent. Des patrons de TPME ont été surpris de devoir présenter des garanties supplémentaires pour bénéficier des crédits, garantis pourtant à 95% par la caisse centrale de garantie (CCG). Les chefs d’entreprises se demandent maintenant si les banques ont le droit d’exiger cela ?. Une responsable de la Société Générale a même déclaré que toutes les banques se réservent le droit d’exiger une caution personnelle ou autres garanties pour l’octroi des crédits Damane Oxygène. Ce qui est en contradiction avec les recommandations du CVE !…

Pour les banques, la caution de l’État n’exclut pas une analyse de la solvabilité des emprunteurs. Les banques redoutent ainsi que les crédits «Damane Oxygène » ne soient assimilés à des subventions et entraînent une vague d’impayés !…

Rappelons, qu’en cas d’impayés, la procédure est identique à celle des autres produits garantis par la CCG, c’est-à-dire, que la banque récupère 50% de la garantie sur-le-champ et le reliquat une fois qu’elle aura épuisé toutes les voies de recouvrement, ce qui peut prendre plusieurs mois. Cela explique en partie le choix de certaines banques d’exiger des couvertures supplémentaires de leurs clients !…

Or dans le cadre de Damane Oxygène, c’est l’État qui est censé couvrir le risque de l’impact de la pandémie sur les entreprises saines. L’annonce de 1,4% de taux de rejet des dossiers porte à s’interroger sur la part des dossiers acceptés sous conditions de garanties supplémentaires apportées par l’entrepreneur ou encore le nombre de dossiers qui n’ont jamais reçu de réponse. La vraie question à se poser : sur les 9000 dossiers transmis aux banques, combien ont réellement commencé à être crédité ?!…

Espérons qu’avec ce nouveau assouplissement des conditions d’octroi promis par le CVE dans sa réunion du vendredi 8 mai et la prolongation de ce processus dans le temps jusqu’au 31 Décembre prochain, les entreprises en difficulté auront plus de facilité a accéder à un crédit salvateur !…

Abderrazzak Boussaid/Le7tv

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.