Aux femmes marocaines!

 

 

 

 

 

Par Chajdy Abderrazak

Aux femmes marocaines, toutes vos qualités ne valent pas vos défauts, car ils sont votre ADN et nous ‘y sommes très sensibles, ils nous attirent, nous surprennent, nous envoutent, nous les aimons. Je veux vous rendre hommage à travers ce texte. Ne vous en offusquez-pas. Il n’est pas réducteur, ni porteur de messages négatifs, pas généraliste. Il est surtout humoristique, mais je vous prierais de le commenté en ‘y rajoutant vos critiquent, vos remarques, y’ développer les personnages fictifs, rajouter les oubliées.
Aller au hammam, particulièrement frappant pour les femmes. C’est en groupe ou en famille qu’elles se rendent aux bains, elles y exposent leurs soucis, leurs doutes, elles plaisantent, elles se renseignent sur des recettes ou des astuces domestiques. Cela dure des heures, pendant lesquelles les femmes sont entre elles, protégées du monde des hommes, libres et insoucieuses, à rire ou à comploter. En quelques heures, elles s’échappent du train-train quotidien.
Plantons le décor :

La gardienne du temple Zhor, L’incontournable Tiaba, sans qui l’ambiance ne serait pas au rendez-vous, reçoit avec un regard blasé, Bnat ennass et Bnat jirane. Elle les as-vu grandir et au fur et à mesure du temps, devenir d’enfants innocentes à mères de familles, en passant par d’adolescentes pubères à la découverte de leurs corps à jeunes filles en fleurs et leurs premiers émois sexuelles tout en préservant leurs virginités(miracle de la nature), pour finir mariées (tradition oblige).

Elle connait toutes leurs histoires, elle a vécu et participée à leurs joies et leurs peines. Elle est un témoin privilégié de la société marocaine.
Passons à la traditionnelle revue des autres clientes présentes, il y’a là :
– L’hajja Tamou veuve (chamalia) avec sa fille Nadia, l’ainée qui à 45 ans et toujours célibataire par sacrifice et pour cause, elle a aidé sa mère malade (tension, diabète) à élever ses cinq frères et sœurs. C’est La petite vieille toute mignonne qui applique encore tous les soins qu’elle appliquait quand elle avait 16 ans.
– Aicha Mart el guezzar (mzabia) est là aussi avec sa fille de 13 ans, elle vient toujours au hammam paré de ses bijoux (sertla et twaneg louiza) pour en mettre la vue aux autres. Elle scanne toutes les filles présentes, pour pouvoir trouver une épouse à son neveu.
– Fatma mart moul hri (chelha) toute timide qui ne fait pas de vagues avec l’eau du hammam. Elle accompagnée de Mina mart ouldha, jeune marié de 17ans.
– Khadija (bidaouia) la divorcée qui travaille comme femme de ménage pour subvenir aux besoins de ses enfants (elle en a trois deux garçons de 23 et 17 ans et une fille de 19 ans, l’ainé lui crée beaucoup de problèmes, en échec scolaire et désœuvré avec de mauvaises fréquentations, quant aux filles surtout la grande poursuivent leurs études avec succès).
– Ghita mart dhaybi qui se dit fassia (elle est originaire de Taza) qui est accompagnée de sa bonne Safia (gamine de 10 ans et qui en parait 18, originaire de la campagne). Jayba maaha toute une panoplie de matériel et prend un emplacement digne de son égo.
– Mbarka mart moul tmar (sahraouia) digne et fière de ses origines. Généreuse et maaqoula. Aandha huit enfants salhine, elle est là avec trois de ses belles filles. Elles sont là depuis 08h00 du matin. Pour elles c’est la veille de joumouaa, leurs maris seront aux repos et joueront un remake de Love story.
– Ito la zayaniya mart laaskri, raide comme la loi avec ses tatouages. Htiram ou discipline. Elle a ramené avec elle la femme de son fils (résident en Italie) qui découvre les joies du hammam.
– Malika mart moul djaj (marrakchia) la reine des noukates et lkoualeb. Elle est la bonne copine, avec elle le spectacle est assuré. La conseillère en sexologie.
– Saadia mart plombier (aabdia) tay goulou aaziz aaliha majmar ou ldoun. Tat chwi lhout ou l’ qloub. Celle qui va faire le tour du hammam en demandant à chaque personne un truc différent, shampoing, savon, lui frotter le dos, lui passer du savon dans le dos…
– Nadia mart boulissi (hrizia) chatamata dyal derb. Elle pense que l’autorité de son mari lui est déléguée. C’est celle qui va s’évanouir au bout de 20 minutes dans le skhoun. Celle qui est venue régler ses comptes avec tout le monde.
– Siham la coiffeuse (rbatia) la madame beauté du quartier (conseillère en beauté, marieuse en chef) Celle qui a ramené sa gamme de produits de beauté (suédois) avec elle pour les vendre.
– Fouzia mart moul sebatt (oujdia) elle s’est le tikar personnifié, elle ne se mélange pas autres fi derb. » La nana qui observe tout le monde pour se décomplexer.. ou pour au contraire se créer des complexes là où il n’y en a pas.
– Amina mart loustad (meknassia) elle aussi oustada en pré-retraite, elle est l’intello du quartier, elle assure des heures sup. aux élèves du quartier. Elle est responsable de collecter l’argent pour darret.
Mesdames, qui a des souvenirs ou des anecdotes?

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.