FIFM : l’Afrique marginalisée Un film parfaitement contre courant.

FIFM : l’Afrique marginalisée
Un film parfaitement contre courant.

Par lemécontent.

C’est comme ci  le cinéma Africain n’existe pas. Ivoiriens, Nigérians, Camerounais, Algériens ou Zambiens. Non l’Afrique n’a jamais eu ses producteurs, metteurs en scène, artistes, critiques cinéma sauf si quelqu’un du côté de Marrakech ( FIFM ) oublie le Caire, le Nil, les pyramides, Taha Hussein et ces films misriyines avec qui on a grandi. L’Australie à l’honneur. On a rien contre le pays de Mad Max mais pour une distance qui compte les kilomètres. La facture… Vous voyez.
Des amis Africains très proches avec qui nous partageons notre oxygène, coutumes, moment de crise, reconnaissance et bon voisinage. 18 ème édition. Quote part, Ils et elles auront toujours une place dans nos cœurs comme sur le panthéon Marrakchi.
Une absence. Beaucoup de nos  lecteurs  nous ont fait savoir  leur désarroi.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.