Le football national en chantier. Fawzi Lakjaâ l’ingénieur.

 

Regragui Nourreddine / le 7tv

Du gazon naturel ,la formation, l’international , la finance( soutien aux clubs ) , les symposiums , retour à la CAF et quoi encore . Une CAN 2019 après le CHAN. Fawzi Lakjaâ, un Berkanais qui va devancer le Wydadi Akram démissionnaire. Waw, d’où sort celui là ! Le temps a fait son temps et on se rend compte, que le Monsieur a du punch, défi, ardeur et de la Grinta .


Presque 4 ans d’exercices . Les périodes Zemouri , Hosni Ben Slimane et Ali Fassi Fihri avec tout le respect qui se doit . Moments forts et de crises . C’est comme dit l’autre dans le ….rétroviseur.


Le présent chez Lakjaâ, ça nous intéresse et il y’a de la confiance qui s’instaure avec ce chantier ouvert qui va de l’infrastructure sportive jusqu’à Moscou en passant par Amsterdam où cette histoire de Hakim Ziyach avait trouvé un sage .


De la bonne gouvernance nonobstant les petits détailles d’arbitrage , nos éliminations chez les féminines, les U17 et toute cette catégorie de jeunes à revoir.

Un défi. Un challenge , un voeu . Bien sûr que la CAN 2019 se dresse comme un objectif suprême. Lakjaâ champion d’Afrique . Wait and See sachant que le wait a trop duré.


De la démocratie, stabilité, vulgarisation et bonne tenue de route .

Mais que demande le peuple ?

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.