L’annulation du match de football Israël-Argentine : des retombées médiatiques et politiques importantes

A picture taken on June 5, 2018, shows a poster erected on a main street in the West Bank town of Hebron next to a portrait of the Palestinian president Mahmud Abbas (R), denouncing the upcoming friendly football match between Argentina and Israel and calling Argentina's star Lionel Messi (portrait) to boycott the match. Palestinian football boss Jibril Rajoub, on June 3, called on Barcelona star Lionel Messi not to play in the Argentina-Israel game that is scheduled to take place in Jerusalem on June 9 and urged fans to burn their shirts if he does. / AFP / HAZEM BADER
0

Sous la pression des Palestiniens, le match de préparation à la coupe du monde de football 2018 entre Israël et l’Argentine a été annulé le mardi 5 juin.

En effet, quelques heures auparavant, des militants propalestiniens avaient manifesté à Barcelone exposant des maillots de la sélection argentine plein de faux sang.

Pour eux, le déroulement du match au sein de la ville revenait à défendre la politique israélienne qui suppose que Jérusalem est la capitale de l’Etat Hébreu.

Jibril Rajoub, le président de la Fédération palestinienne, avait déclaré « Messi est un symbole de paix et d’amour, nous lui demandons de ne pas participer au blanchiment des crimes de l’occupation israélienneé ». Il menace de bruler les maillots de Lionel Messi s’il jouait ce match.

Alors que la Fédération argentine n’avait pas encore lancé d’informations sur le sujet, la Fédération palestinienne a déclaré fièrement dans un communiqué que le match serait annulé et remercie l’équipe argentine de ne pas s’associer à la politique israélienne.

Benyamin Nétanyahou a contacté le président argentin pour le convaincre de maintenir l’événement mais sans succès.

Sofia Ammor
Zone contenant les pièces jointes

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire