« Media Impact Days», Une belle action signée par Le CPT de Meknes.

Le Conseil Préfectoral du Tourisme de Meknès (CPT Meknès) a organisé un voyage de presse le weekend du 17 au19 janvier « Les Media Impact Days », invitant médias nationaux et internationaux afin de leur faire partager « l’expérience client » et promouvoir la région.

Lors de la visite, Adil Terrab, président du CPT a mis la lumière sur ce qui devrait se faire pour augmenter la notoriété touristique de la région et atteindre des objectifs honorables.

1/ Vous êtes le première CPT à organiser un événement pour la promotion touristique de ce genre et nous vous en félicitons, Tunis air figure parmi les sponsors pourquoi pas la RAM ?

Nous avons essuyé un refus de la part de la RAM, par un simple mail de la part du comité de sponsoring. Cette action concerne la volonté d’un pays et il est évident que tous les opérateurs y adhèrent. Des fois j’ai l’impression qu’il y a plusieurs Maroc.

2- Que pouvez-vous dire aujourd’hui des freins à l’activité touristique de Meknes?
Aujourd’hui, nous payons le prix de la régionalisation, d’abord, quand
Meknes a été reléguée au rang de préfecture, en tant que conseil préfectoral de tourisme de Meknes, il nous a fallu beaucoup de lobbying pour avoir un interlocuteur à l’office de tourisme. C’est finalement en 2016, à l’arrivée de Abderrafie Zouiten que nous avons pu avoir des échanges. D’un autre côté, le plan AZUR n’a malheureusement pas atteint ses objectifs, et nous n’avons pas eu le courage de revoir les plans en cours de route. Au Maroc, on n’ose pas faire de l’auto-critique pour corriger le cours des choses et cela est un grand handicap. L’Organisation mondiale de Tourisme a classé le Maroc 111ème en qualité de service, nous avons donc demandé à l’OFPPT de figurer dans son conseil d’administration afin d’orienter la formation dans les filières touristiques, malheureusement, nous sommes toujours en attente de la réponse.

3/ Quid de la mise à niveau de la ville et des infrastructures ?

Aujourd’hui, Meknes dispose d’une offre de 4000 lits et reçoit un nombre de visiteurs avoisinant le million de différentes provenance, France, Allemagne, Italie, Chine……mais ne comptabilise pas plus de 300.000 nuitées. En tant que circuit de ville impériale, Meknes est en déficit de lits, et il est important aujourd’hui d’encourager les investisseurs et recruter les chaines touristiques pour la ville. La ville reste une destination de passage. Pour cela, nous travaillons aujourd’hui avec le CRT de Fes afin de présenter un produit mixte comprenant des city-break de 4 ou 5 jours.

4/ Qu’en est-il du tourisme interne ?

C’est une niche qui reste inexploitée d’abord par manque d’infrastructures et puis pour déficit en animation de la ville, sinon c’est vraiment une niche à développer.

5/ Concrètement, quels seraient aujourd’hui les mesures à prendre pour développer le tourisme ?

Il faut une volonté politique claire car le secteur touristique est transversal et nécessite une mise en commun des efforts. Il est important d’encourager les investissements par des mesures fiscales incitatives, aligner les procédures administratives et surtout mobiliser le foncier et puis faire de la promotion dans les règles de l’art. Et d’ailleurs, nous avons appelé à Changer le nom de l’aéroport de Fes par Fes-Meknes, et nous sommes prêts à mettre des navettes à titre gracieux pour mieux marqueter la destination.

6/ En tant que président du CPT de Meknes, quelle est votre lecture du paysage touristique dans votre ville d’une part et au Maroc d’une manière générale ?

L’avenir n’est pas sombre, chiffres à l’appui, un investisseur peut raisonnablement être séduit par la ville de Meknes, il faut par contre que l’État déclare sa volonté de soutenir le tourisme afin que les acteurs puissent travailler en cohésion. Il faut également revoir les lois pénales pour lutter contre la schizophrénie sociale actuelle et dégager une image positive du Maroc. Enfin, tout finit par passer par l’enseignement et cela est une règle universelle.

Par Najiba Jalal

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.