La prospérité est trompeuse, le bonheur simple est toujours vrai!

Par Abderrazak Chajdy

A la veille de cette nouvelle année, je me surprends à vouloir faire un bilan de 365 jours et puis je me dis à quoi bon, les jours se suivent et se ressemblent. Toujours les mêmes rêves, les mêmes soucis, les mêmes faux-semblants de joies, et puis je me suis dis les mêmes choses mais en pire. La galère quotidienne, les aspirations lointaines, les mêmes désillusions.

Le monde extérieur toujours dans la tourmente, les humains ce déshumanisent de plus en plus. Les pauvres de plus en plus pauvres, Les riches de plus en plus riches, la folie collective gagne chaque jour du terrain de l’intolérance et du racisme. Les religieux sont de plus en plus irrationnels, les politiques continuent à diviser. Les personnes s’endettent en croyant vivre mieux. Les gens meurent de faim et de maladies dans l’indifférence totale de la société.

Nous sommes toujours obnubilés par notre utopique réussite dans la société de consommation qu’on nous propose, un semblant de vie meilleure. Notre schizophrénie devient de plus en plus apparente. Notre planète est une poubelle, otage de la course au modernisme. Les conflits inter-ethniques et religieux nous éloignent de notre humanité.

Chaque jour je me pose les mêmes questions, je m’accroche aux mêmes espérances, je ne veux surtout pas croire que l’homme est mauvais, c’est juste les circonstances qui lui imposent ce comportement égoïste, hypocrite, envieux, hautain, insensible, agressif.

Je me surprends à aimer ma naïveté, ma candeur, mes bêtises car elles me donnent de l’espoir, je ne veux pas me départir de mon humanité même si j’en souffre  moi-même, ma famille, mes amis les plus proches, proches, lointains. Mais bon, c’est la vie il faut faire avec, elle est tellement courte, on passe notre temps à la gaspiller à chercher une vie meilleure qu’on arrivera jamais à atteindre, on élude les bonheurs simples qui eux sont véritables et qui nous procurent de la joie, de l’amour et la paix intérieure.

Le monde va vers sa perdition si l’on ne prend pas conscience de cela et qu’on change nos priorités.

Aussi que puis-je vous souhaiter pour la nouvelle année, la santé? Oui, la prospérité? je n’en sais rien car elle en trompe l’œil, le bonheur? Oui , oui mais le bonheur simple.

Soyez indulgent envers vous, vos proches, vos amis, le monde qui vous entoure, ne les jugez pas, comprenez-les, écoutez-les.

Aller bonne année 2020 quand même, je vous aime tous, même ceux qui ne m’aiment pas.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.