Prêt de 100 millions d’euros de la BAD en faveur du FEC

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, vendredi, avoir approuvé une ligne de crédit de 100 millions d’euros en faveur du Fonds d’équipement communal (FEC) afin de financer de nouveaux projets d’investissement et d’équipements collectifs au Maroc.
Ces projets portés par les collectivités locales sont destinés à améliorer la qualité des services publics, notamment dans les zones rurales, et à développer de nouvelles activités économiques et industrielles au niveau local, indique un communiqué de la BAD.
“Nous sommes heureux de ce premier partenariat avec le FEC. Avec notre appui à l’investissement dans des infrastructures et équipements de dernière génération, cette opération permettra aux collectivités territoriales de renforcer l’attractivité de leurs territoires pour soutenir, plus globalement, la dynamique d’accélération industrielle du Maroc”, a fait savoir le directeur général de la BAD pour la région Afrique du Nord, Mohamed El Azizi, cité par le communiqué.
En mobilisant des financements destinés à accompagner le mouvement de décentralisation engagé par le Maroc, cette facilité contribuera à renforcer et à diversifier la capacité de production du pays et à soutenir la croissance dans différents secteurs de l’économie, précise la même source, ajoutant que dans une perspective plus large, son objectif est de contribuer à améliorer la compétitivité du pays, la création de nouvelles opportunités d’emploi, y compris pour les jeunes et les femmes, ainsi que la génération d’importantes recettes fiscales pour l’État.
De son côté, la responsable-pays de la Banque pour le Maroc, Leila Farah Mokaddem, a souligné que “la ligne de crédit favorisera une dynamique de croissance inclusive où lesterritoires monteront encore plus en capacité pour devenir de véritables pôles de développement et de compétitivité industrielle”, notant que “cela bénéficiera localement aux populations et industries”.
Ce financement est en phase avec les cinq priorités stratégiques de la Banque dénommées “High 5”. Il répond aux objectifs du Maroc en matière d’appui à l’industrialisation et à l’amélioration de la qualité de vie de sa population.
“Nous consolidons, par cette opération, les ressources disponibles pour les collectivités territoriales. Cela veut dire plus de possibilités d’investissement et de création d’emplois à l’échelon local, qui est appelé à devenir une véritable plateforme de développement”, a relevé Stefan Nalletamby, directeur du département du développement du secteur financier à la Banque africaine de développement.
Le Maroc figure parmi les membres fondateurs de la Banque en 1964. Il est un des principaux pays bénéficiaires de l’institution, avec un engagement cumulé de plus de 10 milliards de dollars américains. Ces financements couvrent différents secteurs, dont l’énergie, l’eau, les transports, l’agriculture, le secteur financier ainsi que le développement social.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.