De Bénarès à Jerez, le Chellah célèbre les musiques et les danses des grands musiciens du peuple rom

Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la 18e édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde met cette année à l’honneur une programmation exceptionnelle au Chellah, la scène des musiques du monde.

Sur le thème « De Bénarès à Jerez », le site inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco invitera les festivaliers à une série de concerts qui rendront hommage aux grandes traditions musicales du peuple rom : originaires des confins de l’Inde et de l’Afghanistan, ses musiciens ont migré vers l’Iran, la Turquie et plus à l’est encore, à travers les Balkans et jusqu’en Andalousie, donnant naissance aux répertoires kathak, flamenco, tzigane et klezmer, entre autres.

Avec cette nouvelle aventure sonore, le Chellah conviera les amateurs et mélomanes à un véritable voyage sonore dont les rythmes, les danses, les couleurs et les accents seront portés par des interprètes du monde entier !

Dès le samedi 22 juin, la musique classique hindoustani sera célébrée par Kawa Generation, une formation unique en son genre, composée d’une famille de grands musiciens, les Khan, venus du Rajasthan, le berceau des gitans du monde entier.

Le lendemain, dimanche 23 juin, c’est de musiques klezmer et balkanique dont il sera question avec She’Koyokh. Ce groupe formé de musiciens originaires de Turquie fusionne à la perfection les répertoires gitan, séfarade, rebétiko et ceux d’autres groupes ethniques de différentes régions.

Lundi 24 juin, le public voyagera en Europe de l’Est avec Marcela y los Murchales. A sa tête, Marcela Cisarova, une chanteuse et danseuse de Slovaquie, qui maîtrise à merveille l’art de la musique tzigane slovaque.

La programmation du Chellah fera ensuite un détour vers l’Espagne avec, mardi 25 juin, la prestation attendue d’Alba Molina. Fille du célèbre duo espagnol Lole Montoya et Manuel Molina (plus connus sous le nom de Lole y Manuel), Alba Molina baigne naturellement dans la musique, faisant son éducation musicale au rythme du flamenco mais aussi de différentes influences musicales. Avec Rycardo Moreno, un des meilleurs compositeurs et guitaristes flamenco-jazz actuels d’Espagne, Alba efface les frontières entre le flamenco et le jazz en convoquant le hip hop, le rock, les boléros et la musique brésilienne.

Mercredi 26 juin, l’Inde sera de retour avec la Compagnie Sharmila Sharma, née à Jaipur et figure de la musique, du chant et de la danse kathak. Depuis l’âge de quatorze ans, l’artiste se produit dans de nombreux festivals internationaux, accompagnée de musiciens reconnus dont le joueur de tabla Edouard Prabhu et le flûtiste Henri Tournier.

Le périple musical reprendra de plus belle, jeudi 27 juin, avec un passage en Iran en compagnie de Shahrokh Moshkin Ghalam. Ce danseur, acteur et metteur en scène réalise une chorégraphie inspirée de la musique classique persane qui réunit les mythes et la poésie pour créer une atmosphère magique.

Un nouveau détour par l’Europe de l’Est, vendredi 28 juin, sera pour les festivaliers l’occasion de découvrir Dan Gharibian Trio, un groupe qui mêle à la perfection le free jazz à la musique klezmer, à la musette et aux rythmes de la Méditerranée.

La clôture de cette programmation de très haut niveau sera quant à elle réservée à l’immense Luis de la Carrasca. Cet autodidacte de Grenade, considéré comme l’une des références du flamenco, se produira samedi 29 juin pour un concert qui s’annonce d’ores et déjà mémorable !

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.