Le Conseil d’administration de l’Observatoire du Sahel et du Sahara tient sa 24è session à Bouznika

Le Conseil d’administration de l’Observatoire du Sahel et du Sahara (OSS), dont le Maroc assure la présidence pour la période 2016-2020, tient, jeudi et vendredi, sa 24è session à Bouznika.
Dans son allocution d’ouverture, Abdeladim Lhafi, Haut- commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, a indiqué que cette 24e session se tient à un moment charnière marqué par l’initiation du processus d’évaluation de la stratégie 2020 de l’OSS et l’élaboration de celle de 2030.
‘’Il s’agit également du dernier Conseil d’administration avant l’assemblée général en 2020, qui doit adopter la stratégie 2030 de l’OSS’’, a-t-il ajouté.

M. Lhafi a, en outre, fait observer que l’OSS a pris à partir de la COP22, qui s’est tenue à Marrakech, la démarche de mettre en cohérence les initiatives qui concernent le continent africain de manière générale et qui ‘’versent toutes dans le sens de l’application des Objectifs de développement durable 2030 (ODD)’’.
Selon M. Lhafi, l’important est de donner corps aux initiatives, projets et actions de l’OSS pour que cela puisse se concrétiser sur le terrain, faisant remarque que l’Observatoire ne va pas travailler uniquement sur des thématiques (eau, terres, énergie et les sources naturelles de manière générale), mais il compte travailler de façon qu’il y aura ‘’une synergie pour que le développent puisse s’exprimer de façon durable afin de créer de la richesse locale, mais également de préserver les équilibres écologiques tout en veillant, de surcroit, sur la 3ème composante importante à savoir un revenu social en termes de biens et de services et surtout d’accessibilité’’.
A partir de là, a-t-il poursuivi, tous les débats qui vont avoir lieu lors de cette session essayeront de repositionner l’OSS afin qu’il puisse jouer un rôle fondamental dan les décisions majeures que l’Afrique affronte notamment du fait des changements climatiques’’.
Il a, par ailleurs, rappelé que depuis son élection en 2016 à la tête de l’OSS, le Maroc a soutenu considérablement la mise en œuvre des programmes pilotés par l’Observatoire et son rayonnement sur la scène internationale.
Lors du Conseil d’Administration de Ouagadougou en 2017, le royaume a œuvré pour l’inscription de la stratégie de l’OSS dans le cadre de la vision globale et universelle du développement durable et pour le lancement de nouveaux projets, en plus du soutien à ceux démarrés avant 2016, a-t-il rappelé.
Il a, d’autre part, rappelé que la Stratégie 2020 de l’OSS a été élaborée sur la base des acquis de l’organisation, des besoins exprimés par ses membres et du rôle qu’elle doit remplir dans un contexte régional et international en pleine mutation. Elle prend donc en compte les grands objectifs universels, notamment les Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030, l’Accord de Paris sur le Changement Climatique adopté en 2015 lors de la COP21 et les initiatives lancées lors de la COP22 tenue à Marrakech en 2016, en particulier la feuille de route du Sommet des Chefs d’Etats et des Gouvernement Africains, présidé par SM le Roi, et les initiatives retenues (Soutenabilité, Stabilité, et Sécurité (3S), l’Initiative Africaine pour l’Adaptation (AAI) ainsi que celles relatives à la Grande Muraille Verte et au Lac Tchad).
Pour sa part, Khatim Kherraz, secrétaire exécutif de l’OSS a indiqué que le Conseil se penchera lors de cette session principalement sur l’examen du bilan des réalisations enregistrées en 2018, l’adoption du programme de travail et du budget pour 2019 et l’amendement des textes réglementaires régissant le Conseil d’Administration, l’Assemblée Générale et le Comité d’Orientation Stratégique.
La mobilisation de nouveaux partenaires de développement demeure une priorité pour le CA, qui est appelé à soutenir les acquis de l’OSS, à consolider son action en matière de coopération Nord-Sud-Sud, afin qu’il continue à apparaître et à agir dans la région comme un catalyseur des efforts visant la gestion durable des ressources naturelles, a-t-il ajouté, observant que cette 24e session a également pour objectif l’examen des modalités administratives et techniques en vue du recrutement, en 2020, d’un nouveau secrétaire exécutif de l’OSS.
Après avoir souligné que le budget de l’OSS est excédentaire en 2018, M. Kherraz s’est félicité du fait que deux autres nouveaux pays africains aient rejoint cette organisation, en l’occurrence le Bénin et le Cameroun.
Le Conseil d’Administration de l’OSS est un organe décisionnel dont le fonctionnement et le mandat sont régis par les statuts de l’organisation.
Il réunit des administrateurs de haut niveau de certains pays membres ainsi que des représentants d’organisations sous régionales, régionales et internationales.
Il exerce une triple fonction de mise en œuvre des résolutions de l’Assemblée Générale, de validation des programmes et des activités de l’OSS, de mobilisation de la communauté scientifique et d’identification de nouveaux partenaires de développement.
L’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) est une organisation internationale à vocation africaine, créée en 1992 et établie à Tunis en 2000. Son action se situe dans les zones arides, semi-arides et subhumides sèches de la région sahélo-saharienne. L’OSS compte parmi ses membres 25 pays africains, 7 pays non-africains, 13 organisations (organisations représentatives de l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Nord, organisations des Nations unies) et 3 organisations non gouvernementales.
Il a pour mission d’appuyer ses pays membres africains dans la gestion durable de leurs ressources naturelles dans un contexte de changement climatique particulièrement critique.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.