Le Maroc dresse les “meilleurs ponts de rapprochement” entre les mondes musulman et chrétien

Le Maroc, sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, dresse les “meilleurs ponts de rapprochement” entre les mondes musulman et chrétien, a indiqué l’ancien ambassadeur de l’Argentine au Vatican, Eduardo Valdés.
Dans une déclaration à la MAP, M. Valdés a ajouté que la visite effectuée samedi et dimanche au Maroc par Sa Sainteté le Pape François, à l’invitation bienveillante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, revêt une extrême importance ainsi que de grandes significations, d’autant plus que ce déplacement s’inscrit dans le cadre de la promotion du dialogue interreligieux et de la coexistence harmonieuse entre les adeptes des religions monothéistes.
Et de souligner que le Maroc, grâce à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et compte tenu de sa position stratégique, a réussi à “dresser les meilleurs ponts entre les mondes islamique et chrétien”, soulignant que la visite du Souverain pontife a confirmé que le dialogue interreligieux reste la meilleure voie à suivre à l’avenir.

M. Valdés, également dirigeant au sein du Parti justicialiste, a déclaré que le Maroc, pays à majorité musulmane, partage les valeurs de paix et d’amour avec le Pape, notant que le rôle des religions est de créer une fraternité et une coopération entre les peuples du monde.
Pour ce membre du Parlement du Mercosur, “toutes les religions interdisent de s’entretuer et appellent à l’amour et à la fraternité entre les peuples, malgré leurs différences, comme le confirment les livres sacrés”.
Dans le même ordre d’idées, M. Valdés a qualifié “L’Appel d’Al-Qods”, signé lors de cette visite historique par SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, président du Comité Al-Qods, et Sa Sainteté le Pape François, de document “très important” qui contribuera à promouvoir la paix souhaitée étant donné qu’Al-Qods est la ville de rencontre et de coexistence entre les trois religions monothéistes.
L’ancien ambassadeur de l’Argentine au Vatican a dans ce contexte souligné la nécessité de préserver l’identité d’Al Qods Al Charif en tant que patrimoine commun de l’humanité et symbole de la coexistence pacifique entre les adeptes des trois religions monothéistes.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.