Il est mort … Comment vivre après ça ?

La mort nous surprend et nous arrache le coeur.
Lorsque l’on perd un proche, ce sont des moments, des souvenirs, des secrets, du partage et de l’amour desquels on doit se détacher.
Les gens nous répètent que c’est la vie et qu’il faut faire son deuil. “Ina Li Allah wa Ina Ilayhi Raji3oune”. Seulement, la difficulté réside dans le fait que la raison ne peût être sollicitée dans ce genre de moments. C’est un mélange d’émotions amères que l’on doit subir. Ce sont des pleurs, des cris, des moments d’incompréhension et de solitude qu’il faut accepter.

Freud disait “Le travail du deuil est incompressible, on ne peut ni l’accélérer ni sauter des étapes. Il ne connaît pas le temps, il a ses tours et ses détours, ses haltes, on ne peut que se rendre disponible pour ne pas entraver ses mouvements”.
Avec le temps, on apprivoise la mort. On sait qu’elle aura lieu tôt et tard et on prend conscience que nos proches nous quitteront. Mais cela suffit-il à l’accepter ?
Non. Clairement, nous ne pouvons jamais être prêts à perdre ceux que l’on aime. Que soit à 10 ou à 40 ans. C’est toujours un moment extrêmement pénible.
Et lorsqu’un proche décède, nous ne trouvons pas les mots pour décrire cette déchirure intérieure. Une sorte de couteau qui te traverse tout le corps et te laisse une énorme plaie. Puis, à chaque fois que nous pensons à l’être cher, c’est comme si le couteau repassait sur la plaie en s’enfonçant toujours plus.
Chacun vit son deuil différemment, selon la représentation pour soi de l’être perdu, les circonstances de sa mort et sa propre perception des événements.
Tout ce qu’on peut conseiller à ceux qui traversent cette épreuve de la vie, c’est de se dire qu’elle n’est pas éternelle. De savoir que la douleur s’atténue avec le temps, et que c’est normal. De savoir que les choses changent, que le monde évolue sans cesse. De se dire que la vie et la mort sont en quelque sorte liées mais qu’en vivant pleinement et sereinement, on pourra, lorsque notre tour viendra, mourir et reposer en paix.

SA

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.