« EMPORTÉS PAR LE DÉSIR ! »…de Abderrazzak Boussaid

La sexualité au Maroc, reste un sujet pour le moins tabou. Entre lois religieuses écrasantes, traditions étouffantes , société archaïque et ignorance généralisée, les jeunes se sentent souvent perdus entre désir charnel et pulsions basiques !…

Certains aspirent à mieux comprendre ce qu’est la sexualité et à plus de liberté sexuelle, pendant que d’autres, au nom des valeurs dogmatiques, exigent une abstinence totale !…

D’abord, les termes même de sexe, ou sexualité, sont des mots que très peu osent prononcer devant leurs amis ou membres de leurs familles !…

Même des « couples mariés » n’en parlent que très peu entre eux ou alors pas du tout !…

Quand on arrive à en parler malgré tout, entre amis du même âge, cela demeure un sujet sensible, souvent détourné par la dérision ou la moquerie !…

La sexualité est totalement absente du débat sociétal et pratiquement ignorée par les médias…La pratique sexelle existe, mais d’une façon cachée, comme s’il s’agissait d’une « MALADIE GRAVE OU HONTEUSE !.. Même certains couples mariés, la font, mais n’en parlent jamais !…

Certains GARÇONS marocains ont souvent une vision à connotation très négative de la sexualité. Persuadés que l’acte sexuel en lui-même est « l’œuvre du Diable », ils le vulgarisent, le renient, le rejettent ou cherchent à incriminer l’objet même de leur désir : Les filles !…

Cela donne des heurts entre filles et garçons. Les premières jugées souvent coupables d’attirer l’attention et d »allumer » le désir des hommes et les seconds coupables de trop fantasmer sur un désir charnel, que les femmes ne veulent pas, ou ne peuvent pas satisfaire, car elles-mêmes sont prisonnières de leurs propres refoulement !…

Le sort des FILLES marocaines est moins enviable : Pressées par leurs petits-amis ou leurs fiancés, trop entreprenants, elles finissent souvent par « s’abandonner », plus pour « faire plaisir » à son partenaire, que par envie réelle de passer à l’action !…

Dans beaucoup de cas, elles le regrettent et se retrouvent ensuite délaissées ou simplement reniées…Direction alors, « une adresse » griffonnée à la hate par une amie compatissante, afin de se faire « recoudre l’hymen »; La virginité étant une condition quasi-obligatoire pour le mariage dans un pays traditionnel tel le Maroc !…

Aujourd’hui encore, des jeunes filles se marient très souvent en n’ayant presque aucune idée sur ce qu’est l’acte sexuel, ou sur la façon dont fonctionne le corps humain qu’il soit masculin ou féminin !…

Une compagne de sensibilisation et une véritable éducation sexuelle semblent être nécessaires. Le manque de dialogue, les préjugés et l’ignorance doivent être combattus pour rendre l’image de la sexualité plus saine !…

Au niveau de l’Education nationale ; la sexualité est expliquée d’une façon très générale avec des mots techniques trop vagues. Et malgré la prétention de beaucoup de jeunes garçons, ils restent pour la plupart trop ignorants des notions les plus élémentaires de la sexualité. Dans notre société, il n’existe que très peu de « cellules d’écoutes » et les jeunes marocains, surtout les filles, ont tendance à avoir honte de poser certaines questions directes aux médecins par peur aussi d’être considérées comme des « débauchées » !…

Dans une société où la frustration sexuelle domine, et où la sexualité reste un sujet tabou, nos jeunes ne peuvent que s’épanouir dans « Le Fantasme Absolu », stérile et dangereux, qui n’engendre que violences, dépravations et extrémisme !…

Malheureusement dans ce cas, à défaut d’être « EMPORTÉS PAR LE DÉSIR ! », nos jeunes ne sont alors que les esclaves de leurs pulsions !…

À suivre.
Abderrazzak Boussaid / Le7tv

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.