Le président du Groupe d’amitié parlementaire France-Maroc soutient le Royaume concernant le conflit du Sahara

Le président du Groupe d’amitié parlementaire France-Maroc (côté français), Christian Cambon, a mis en exergue, mercredi à Agadir, le soutien de la France à l’initiative marocaine d’autonomie, visant à mettre fin au conflit artificiel autour du Sahara marocain.
«La France soutient la solution de large autonomie proposée par le Maroc», a souligné M. Cambon, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées au Sénat français, qui s’est également félicité «des deux rounds de pourparlers qui ont eu lieu à Genève sous l’égide des Nations Unies».
«Je pense que c’est une bonne chose pour que les Nations Unies prennent leurs responsabilités et qu’elles puissent faire avancer ce dialogue, car c’est seulement par le dialogue que la paix arrivera», a-t-il déclaré à la MAP à l’issue d’une réunion du Groupe d’amitié parlementaire France-Maroc.

La délégation du groupe d’amitié avait effectué mercredi une visite à des unités de production agricole dans la province de Taroudant, dans le cadre d’un déplacement au Maroc entamé en début de semaine à Dakhla pour s’informer des potentialités économiques et des opportunités d’investissement dans la région Dakhla-Oued-Eddahab.
A cet égard, le sénateur français a indiqué que la délégation s’est rendue à Dakhla pour prendre la mesure des actions que, sous l’égide de SM le Roi Mohammed VI, le gouvernement marocain conduit pour assurer aux populations locales les bonnes conditions de vie, le développement économique et la sécurité.
La délégation a constaté «d’énormes changements», a-t-il affirmé, se réjouissant de voir que la vocation touristique de cette région s’affirme et que la préservation de son environnement soit l’une des priorités du Maroc.
D’autre part, la visite de la délégation du Groupe d’amitié France-Maroc à la région de Souss-Massa a permis de constater «les formidables compétences» qui sont mises en œuvre pour valoriser la production des exploitations et entreprises agissant dans le secteur de l’agroalimentaire, a poursuivi M. Cambon.
«J’ai pu me rendre compte que de nombreuses coopérations existent bel et bien entre ces entreprises et des entreprises françaises. C’est aussi une manière de faire vivre l’amitié franco-marocaine», a-t-il estimé.
De son côté, le président du Groupe d’amitié parlementaire France-Maroc (côté marocain), Abdessamad Kayouh, a souligné que la visite de la délégation à la région de Dakhla-Oued-Eddahab a permis aux membres du groupe d’amitié de constater de visu la stabilité et la sécurité dont jouit la région, ainsi que la participation agissante des citoyens dans la gestion des affaires locales, comme le démontre l’activité des conseils et instances élus.
M. Kayouh, premier vice-président de la Chambre des conseillers, a également relevé que la délégation a pris connaissance de la pleine adhésion des jeunes au tissu économique dans la région, à travers la création et la gestion de projets réussis, notamment dans le secteur agricole, affirmant que les membres du Groupe d’amitié France-Maroc ont exprimé leur satisfaction concernant la dynamique de développement économique et social que connait cette partie du Royaume.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.