Grève des enseignants : mesures pour rattraper les heures de cours perdues !

Le maintien du fonctionnement normal des établissements scolaires demeure la principale préoccupation du gouvernement, notamment la protection des intérêts des élèves et la garantie de leur droit à la scolarisation et à l’éducation, a souligné, vendredi à Rabat, le chef du gouvernement, Saâd Dine El Otmani.
Dans une allocution prononcée lors d’une réunion avec des représentants d’associations de parents d’élèves sur les mesures prises pour rattraper les heures de cours perdues résultant de l’arrêt, par les enseignants-cadres des académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF), depuis maintenant quatre semaines, le chef du gouvernement a souligné l’importance du dialogue avec ces associations, saluant le rôle qu’assurent ces instances afin de protéger les droits des élèves et rassurant leurs représentants quant à l’attention particulière que porte le gouvernement à ce dossier, veillant à prendre les mesures opérationnelles nécessaires pour rattraper les heures de cours perdues.
À cet égard, M. El Otmani a précisé que le traitement du gouvernement vis-à-vis du dossier des cadres régionaux s’est fait de manière entièrement objective, dans la mesure où des modifications nécessaires ont été apportées aux dispositions du système de base propre aux AREF, pour qu’il soit conforme au système en vigueur de leurs homologues, autres enseignants.

Au cours de la réunion à laquelle était présent le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Said Amzazi, M. El Otmani a fait noter “qu’aucun individu n’a le droit de suspendre un service public destiné aux citoyens, y compris l’enseignement public”, jugeant “illogique et inacceptable la suspension des cours pendant des semaines, car l’exercice des droits constitutionnels doit s’effectuer dans le cadre de la loi en tenant compte de l’intérêt général”.
Il a mis en exergue le grand intérêt que l’Exécutif accorde à l’enseignement, et qui se reflète dans le budget conséquent alloué à ce secteur, l’action menée sur le terrain et les multiples programmes de soutien social qui lui sont dédiés, mettant en avant les efforts soutenus déployés par le gouvernement en vue de généraliser l’enseignement, améliorer sa qualité et redresser ses dysfonctionnements, notamment dans les zones rurales.
M. Amzazi, a salué, pour sa part, les efforts consentis par les structures représentatives des associations des parents et tuteurs d’élèves, en tant que partenaire clé pour la promotion de l’école publique, ainsi que les résultats remarquables obtenus dans ce secteur avec un taux de réussite de 100% dans les écoles primaires, de 90% dans les collèges et de 70% au niveau du lycée.
Il a, dans ce sens, mis en avant l’importance que le gouvernement attache au secteur de l’éducation et de la formation et les efforts déployés pour faire progresser le secteur et les programmes éducatifs, tout en améliorant leur qualité, et ce conformément à la vision stratégique de la réforme 2015-2030.

Concernant le rattrapage des heures de cours perdues, M. Amzazi a précisé que le ministère a pris un ensemble de mesures, en collaboration avec un bon nombre de partenaires pour accompagner avec succès les élèves dans ce qui reste de l’année, rappelant que le secteur de l’enseignement arrive en tête des priorités du programme gouvernemental qui lui a réservé un budget de 60 milliards de dirhams.
Dans une déclaration à la MAP, en marge de cette réunion, le ministre a salué les efforts consentis par les structures représentatives des associations des parents et tuteurs des élèves dans la promotion de l’école publique, mettant en exergue l’intérêt accordé par le gouvernement au secteur de l’éducation et de l’enseignement sur les plans pédagogique, social et d’investissement.
La crise actuelle relative aux enseignants-cadres des académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) a été discutée lors de cette réunion pendant laquelle il a été procédé à l’examen de l’ensemble des mesures importantes entreprises pour dépasser ces problématiques avec à leur tête, les heures de cours perdues, a précisé le ministre.
Le rattrapage de ces heures est une priorité du gouvernement, a-t-il indiqué, notamment à travers de nombreuses procédures et mesures que les académies et directions provinciales superviseront pour ainsi assurer la scolarisation à tous les étudiants marocains, aussi bien au niveau urbain, qu’au niveau rural.
Parmi ces mesures, a affirmé M. Amzazi, le rattrapage de séances perdues par des enseignants stagiaires et des enseignants du secteur privé, l’intégration des conseils municipaux dans le but de mettre des enseignants à disposition, ainsi que la mobilisation des enseignants au niveau provincial, par les gouverneurs, walis et autorités locales, jusqu’à ce que le manque d’enseignants soit comblé.
Il a ajouté que les élèves rattraperont les heures de cours qu’ils ont perdues, expliquant que les vacances scolaires seront exploitées à cette fin, et ce pour que ces élèves puissent passer leurs épreuves d’examens dans les meilleures conditions possibles, comme il était prévu auparavant.

De leur part, les structures représentatives des associations des parents et tuteurs d’élèves ont salué cette initiative de dialogue initiée par le chef du gouvernement ayant attrait aux intérêts de l’école et de l’élève.
Elles ont exprimé leur satisfaction quant au sort de l’année scolaire, et ce grâce au dialogue ouvert et aux efforts consentis dans ce sens, invitant les cadres grévistes à rejoindre leur poste et à penser aux intérêts des élèves.
Étaient présents à cette réunion, les structures représentatives des associations des parents et tuteurs des élèves, des responsables et des représentants du conseil national des élus des associations des parents et tuteurs d’élèves, ainsi que des représentants de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.