Ouverture du 36ème Conseil des ministres arabes de l’Intérieur

Les travaux de la 36ème session du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur se sont ouverts, dimanche à Tunis, avec la participation du Maroc.
Cette session deux jours à laquelle le Maroc est représenté par une forte délégation conduite par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, portera sur un grand nombre de questions, notamment le projet du plan provisoire pour la stratégie arabe de lutte contre l’usage illicite de stupéfiants et de substances psychotropes et le projet du plan provisoire pour la stratégie arabe de lutte contre le terrorisme.
Les participants discuteront également des recommandations des conférences et réunions tenues au sein du secrétariat général sur l’ensemble de l’année 2018, des résultats des réunions conjointes tenues avec des organismes arabes et internationles, l’année dernière.

Parallèlement, le secrétariat général a annoncé que la réunion conjointe des Conseils des ministres arabes de l’Intérieur et de la Justice se tiendra lundi à Tunis en présence des ministres de l’Intérieur et de la Justice des pays arabes.
Selon le Secrétariat général du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, basé à Tunis, les travaux de cette session verra la participation des représentants d’organismes et de groupements régionaux et internationaux comme la Ligue des Etats arabes, le Conseil de coopération du Golfe et de l’Union du Maghreb arabe, ainsi l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol), de l’Organisation internationale de la protection civile, de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime.
Le conseil, dont la première session avait été tenue en 1982 à Casablanca, a pour mission de développer et consolider la coopération et la conjugaison des efforts entre les pays arabes en matière de sécurité intérieure et de lutte contre la criminalité.
Il s’emploie à tracer les grandes lignes d’une politique générale à même de promouvoir l’action commune arabe en matière de sécurité intérieure et à adopter le plan sécuritaire arabe commun pour mettre en exergue cette politique, à créer les instances et les corps nécessaires à la réalisation de ses objectifs, et l’installation des commissions spéciales qui font recours à des experts et consultants pour donner des propositions et recommandations inhérentes aux sujets traités.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.