Forum sur la marocanité du Sahara : appel à une société civile “partenaire et agissante”

Le Forum régional de plaidoyer civil sur la marocanité du Sahara, tenu samedi à Tanger sous le thème: “Pour une société civile citoyenne partenaire, agissante et maitrisant les mécanismes du plaidoyer”, a souligné la nécessité de renforcer les capacités de la société civile pour réussir un plaidoyer efficace en faveur de la première cause nationale.
Le Forum, tenu en partenariat entre l’Association sahraouie de défense des droits de l’Homme et le ministère chargé des Relations avec le parlement et la société civile, s’inscrit en droite ligne des Hautes Orientations de SM le Roi Mohammed VI, et des Instructions éclairées du Souverain qui ne cesse d’insister sur le rôle majeur de la société civile dans la défense de la question nationale.
La présence de plus en plus forte du Maroc au niveau des instances internationales, notamment son retour à l’Union africaine et ses liens avec les Nations unies, le Conseil des droits de l’Homme et l’Union européenne “appelle la société civile à s’activer sur ces fronts”, a noté le ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, Mustapha El Khalfi lors de cette rencontre, soulignant que l’activation de ce rôle passe par le renforcement des capacités de la société civile en matière de connaissance des divers aspects de la question du Sahara marocain, outre la maîtrise des outils de plaidoyer.

À cet égard, le ministre a rappelé que le programme lancé dans ce sens en 2017 a permis de conclure 13 conventions de partenariat, ajoutant qu’en 2018, une série de rencontres régionales a été lancée en partenariat avec les associations de la société civile, proposant un programme de formation axé sur les aspects historique, politique, diplomatique, et culturel de la question.
Le programme comprend des formations sur les compétences de plaidoyer numérique et institutionnel, a ajouté le ministre, notant que, outre ce programme, son département a lancé des partenariats avec les universités, à travers des conventions notamment avec l’université Cadi Ayyad et Hassan 1er “pour offrir une formation ciblée en ligne étalée sur quatre mois”.
M. El Khalfi a souligné que l’engagement dans ces programmes vient “répondre à des besoins grandissants chez les jeunes Marocains désirant s’engager dans l’appel de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, qui a souligné que la question du Sahara est une question de tous les Marocains”, relevant, par ailleurs, le rôle de plus en plus important des réseaux sociaux, ce qui nécessite des “formations solides des jeunes”.
De son côté, le président de la section Maroc de l’Association sahraouie de défense des droits de l’Homme, Maelainine Ahmed El Hiba a noté, dans une déclaration à la presse, que la formation des jeunes s’articule d’un côté, autour d’un axe théorique basé sur les faits historiques liés à la question du Sahara et l’aspect relatif aux droits humains et, d’un autre côté, autour d’un axe pratique portant sur le plaidoyer oral et numérique.
Pour sa part, le président de l’Université Abdelmalek Essaadi, Houdaifa Ameziane a souligné le rôle central de la société civile dans la défense et le plaidoyer sur la question du Sahara marocain dans les différents forums internationaux, ce qui requiert de l’université de s’engager activement pour améliorer les capacités de la société civile en termes de communication et de maitrise des outils du plaidoyer.
Le programme du forum comprend trois sessions portant sur la chronologie de la question du Sahara; le développement économique en tant que mécanisme de plaidoyer civil; et la dimension des droits humains en tant que mécanisme de plaidoyer. Il comprend également des ateliers pratiques, et sera clôturé par la projection du film “Oum Chgag”, qui traite d’une période importante de l’histoire du Sahara marocain.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.