Si Al Ismaili avait Aissam Hadari , le Raja avait Mohamed Bouâmira.

 

Par RN/le 7tv .

A l’heure où naissait Essam Hadari ( Janvier 73 ) Les Bouâmira , Banoun, Rahimi etc devraient attendre , respectivement ,15 ans , 20 ans et 23 ans . Foot Ball sans frontières, football sans âge . Égyptiens et Marocains se sont retrouvés au bord du Canal de Suez et pour un passage à l’étape qui suit ( 1/8 de la coupe Arabe ) rien n’est encore décidé.


Deux Brésil sur le terrain . Al Ismaili aux couleurs Carioca et le Raja dans son style Selecao qui a fait sa renommée. Rythme soutenu avec une légère crainte chez les Égyptiens imposée par la grinta des verts ; Une
transversale ( 75 ème minute ) rappella que les héritiers d’Abou kreisha forment toujours un groupe solidaire .
Essam Hadari et ses 45 ans . L’ Egyptien garde ses réflexes , son coup d’oeil et sa relance du jeu comme à l’âge des 20 ans . Hadari chez lui mais aussi Bouâmira en déplacement, une pièce originale qui lui vaut bien plus qu’un poste de remplaçant .


Un geste technique dans son carré des 18 mètres. Réflexes et arrêts décisifs comme son aîné, Essam . Bouâmira tel un aigle , voilà , il y’a de la confiance dans cette cage Rajaouie qui a vu les Drid, Gouamené , Rechag , Couscous , Chadli défiler avec brio

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.