Japon: le Mondial de rugby redonne vie à une ville dévastée par le tsunami

Quand, dans un peu plus d’un an, la ville japonaise de Kamaishi accueillera le Mondial de rugby, l’émotion sera forte pour ses habitants qui ont perdu plus d’un millier des leurs lors du tsunami de mars 2011.

Le stade, bâti sur les ruines de deux écoles emportées par le raz-de-marée mais dont les plus de 400 élèves ont survécu en fuyant deux kilomètres dans la montagne, a été inauguré dimanche dans cette ancienne cité minière du nord-est de l’archipel nippon. Un puissant symbole d’espoir et de résistance.

Parfois appelée « la ville du rugby » pour ses liens avec le ballon ovale, Kamaishi et ses 34.000 habitants se sont tournés vers le sport pour trouver la force de se redresser après le désastre.

Au début des années 1980, le club local, Nippon Steel Kamaishi RFC, avait remporté sept titres nationaux d’affilée, gagnant le surnom « d’hommes de fer du Nord ». Les « Kamaishi Seawaves » ont par la suite pris le relais, et la ville s’est unie autour d’eux à la suite du traumatisme du 11 mars 2011.

– « Courez » –

A Kamaishi, les souvenirs de la catastrophe sont partout.

Du stade flambant neuf, le Kamaishi Unosumai Memorial Stadium, partent deux chemins d’évacuation qui serpentent dans les collines, et à quelques centaines de mètres des poteaux, des ouvriers reconstruisent des digues de protection.

Des panneaux viennent rappeler le niveau atteint par la vague, et un poignant mémorial appelle à ne pas oublier: « Courez, courez vers les hauteurs… et dites aux futures générations qu’un tsunami est monté jusqu’ici ».

Quand le tremblement de terre a frappé, Akiko Iwasaki, propriétaire d’un ryokan (auberge traditionnelle japonaise) qui donne directement sur l’océan, a tenté de fuir, se souvenant des conseils de sa grand-mère quand elle était petite. Mais à peine était-elle parvenue au parking qu’elle fut rattrapée par un mur d’eau qui emporta les voitures et un mini-bus.

« Nous avions une magnifique plage de sable blanc. Nous l’avons perdue et presque tous les bâtiments ont été détruits », se souvient l’énergique femme de 62 ans, qui a miraculeusement survécu.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Les commentaires sont fermés.